Le métal

Forgerons, ferblantiers, fondeurs de sonnailles...

Après la colonisation des îles, les ateliers de forge ont constamment été présents dans les noyaux de population émergeants, et ont perduré jusqu’aux années 1970. En plus de produire des pièces pour les raffineries de sucre, les pressoirs, les moulins, les puits d’eau, etc., ils réalisaient des projets, des objets et des outils très variés. Ils ferraient les animaux, confectionnaient de nombreux instruments aratoires (binettes, faucilles, fourches…), mais aussi tous les outils et éléments nécessaires au secteur de la construction (laies, masses, burins, charnières, serrures, clous, tirants, grilles…). Le travail des forgerons répondait aussi aux besoins des tâches ménagères et professionnelles : seaux, couteaux, haches, balances, brides…
Outre les forgerons et les serruriers, on répertorie au XVIe siècle à Gran Canaria la présence d’autres métiers en lien avec le travail du métal : des étainiers (étain), des chaudronniers (cuivre), des fondeurs de sonnailles et pièces d’artillerie (bronze). Ainsi que des artisans spécialisés dans la confection d’épées, et des orfèvres consacrés au travail de l’or et de l’argent pour l’élaboration d’objets liturgiques et de luxe. Au fil des siècles, trois métiers d’artisanat en lien avec la transformation du métal sont parvenus au XXe siècle en n’expérimentant pratiquement aucune transformation substantielle depuis leur arrivée sur l’archipel : les forgerons, les ferblantiers et les fondeurs de sonnailles. Ces métiers étaient pratiqués exclusivement par des hommes et la transmission du savoir-faire se faisait par la voie paternelle. Les forgerons et ferblantiers exerçaient leur travail à temps plein car la demande de leurs produits et services était constante.

Horario

Lunes a domingo de 10:30h a 17:00h

Teléfono

928 772 445

E-mail

faromaspalomas@fedac.org

Dirección

Pl. del Faro, 15,
35100 Maspalomas, Las Palmas